Les origines de la vie sur Terre : du simple au complexe, un chapitre sous les pieds de Darwin, vieux de 2.1 Milliards d’années

Par: Prof. Abderrazak EL ALBANI

Université de Poitiers, France

ABSTRACT

Cette phase extraordinaire de l’histoire de la vie de notre planète, qui passionne tant géologues, biologistes, paléontologues et géochimistes, est malheureusement mal documentée par le registre fossile et l’interprétation de ses rares traces, notamment des niveaux sédimentaires du Mésoprotérozoïque (1,6-1 milliard d’années), est l’objet de discussions animées entre spécialistes. En 2010, un consortium international coordonné par A. El Albani, avait déjà apporté une contribution majeure à l’histoire de la vie multicellulaire macroscopique, la vieillissant de plusieurs centaines de millions d’années [1].

Plus récemment (voir communiqué de presse : http://www.cnrs.fr/fr/decouverte- des-plus-vieilles-traces-de-mobilite-sur-terre), une équipe internationale et pluridisciplinaire coordonnée par le professeur El Albani a mis en évidence les plus vieilles traces fossiles de déplacement, datées de 2,1 milliards d’années (alors que les précédentes avaient 570 millions d’années) [2]. Elles ont été découvertes dans le gisement fossilifère gabonais qui avait déjà révélé les plus vieux organismes multicellulaires [3].

Références :

  • El Albani A (2010) Large colonial organisms with coordinated growth in oxygenated environments 2.1 Gyr ago. Nature 466:100-4. doi: 10.1038/nature09166.
  • El Albani et al. (2019) Organism motility in an oxygenated shallow-marine environment 2.1 billion years ago. Proc Natl Acad Sci USA (February 11). doi: 10.1073/pnas.1815721116

El Albani et al. (2014) The 2.1 Ga old Francevillian biota: biogenicity, taphonomy and biodiversity. PLoS One 9:e99438. doi: 10.1371/journal.pone.0099438.

BIOGRAPHIE

Prof. Abderrazak EL ALBANI, Géologue français, né à Marrakech, il a effectué ses études à l’université de Lille 1 en France. Il a soutenu une thèse de doctorat de géologie et géochimie sédimentaire à cette même université. Pendant deux ans il a effectué un séjour post-doctoral avec le soutien de la Fondation Alexander von Humboldt à l’université de Kiel, en Allemagne. Il a également obtenu le soutien de la fondation Suédoise pour la recherche (STINT Foundation) dans le cadre de ses collaborations avec la Suéde. Il a publié plusieurs articles scientifiques au sujet des Paléoenvironnements, Géobiologie et Diagenèse dans les bassins sédimentaires.

Grâce à ses multiples activités de partage de ses recherches en lien avec les différentes Académies, le Prof. A. El Albani a été décoré et honoré par les Palmes Académiques octroyées par le Ministère de l’Education Nationale (France).

En 2008, Abderrazak El Albani à la tête d’une équipe internationale a découvert des formes de vie fossiles multicellulaires macroscopiques dans un site fossilifère situé dans la province du Haut Ogooué au Gabon, connu sous le nom de groupe fossile de Franceville. En juillet 2010, ces travaux de recherche ont fait la couverture de la revue scientifique Nature. D’autres publications de rang mondial ont également vu le jour dans les Magazines Américains ou Anglaises Plos one, l’Académie des Sciences Américaine (PNAS), American Journal of Science, Nature communication, Scientific Report…

L’étude de ses fossiles révèle l’émergence de la vie multicellulaire complexe et organisée dans des roches précambriennes datées de 2,1 milliards d’années. La découverte de ces organismes a permis de repousser la date de l’émergence de la vie multicellulaire de 1,5 milliard d’années. Cette découverte permet également de réviser les connaissances quant à l’évolution de la biosphère sur Terre au cours de l’histoire de notre planète. Cette découverte a ouvert également la voie de prospection d’autres chantiers et sites de qualité mondiale (Mauritanie, Ukraine, Brésil et Maroc).

Passionné à cent mille pour cent, curieux par essence, A. El Albani n’omet jamais, dans ses  découvertes, de mentionner l’importance de la notion d’équipe et le travail hors des sentiers battus. Il faut savoir suivre son feeling, être libre de penser sans divaguer non plus… et surtout être curieux.

Les plus belles découvertes de ces dernières décennies ont été faites hors des sentiers battus. Celles concernant le Gabon n’y échappent pas et ont été réalisées en dehors de tout programme de recherche avec très peu de moyens.

Au quotidien, son plus grand plaisir est de s’enrichir de la découverte des autres, ici et ailleurs dans le monde… « Si tu n’es pas passionné, tu ne fais pas ce métier tant l’investissement est grand et entier !» Professeur à l’Université de Poitiers, A. El Albani coordonne également un groupe international composé de 16 institutions nationales et Internationales. Il anime une équipe de recherche dans le cadre d’un axe thématique transversal intitulé Milieux et vie primitive. A. El Albani est expert scientifique auprès d’institutions de recherche internationales.

Free Registration : https://um6p.webex.com/um6p-fr/onstage/g.php?MTID=ece5ec5fe88a61de45f93c99ebbd51ead